Décembre 2012: différents experts furent réunis autour du 2nd Mountain Day pour envoyer un message fort à nos dirigeants sur l’importance de nos montagnes et sur la disponibilité de l’eau et son utilisation au sein de nos reliefs, rappelant que ces dernières étaient l’un des principaux réservoirs d’eau de la planète. L’ensemble des acteurs des montagnes, a besoin d’un soutien majeur pour s’adapter au changement climatique, et de ce fait, construire une résilience forte face à ce phénomène pour ne pas le subir.

Gyan Chandra Acharya, Secrétaire Général des Nations Unies et Haut Représentant pour les pays en développement, soulignait le fait "qu’il était temps d’agir pour nos montagnes de manière plus rigoureuse". Il a appuyé le fait, que les montagnes avaient besoin d’un cadre plus large et plus rigoureux, en intégrant ces dernières dans les conventions environnementales des nations unies. (cf. Rio+20). "Il s’agit donc, de travailler dans un partenariat plus fort entre les experts des écosystèmes et la population".

Cependant, pour aller dans ce sens, il est crucial que nos dirigeants intègrent la montagne dans l’ensemble des conventions environnementales, pour le plus grand nombre de pays, et qu’elles soient une des priorités futures des agendas, et cela à l’échelle mondiale.

Les 3 idées majeures de la journée 2nd Mountain Day:
- Impliquer les générations futures dans les négociations importantes.
- L’écosystème des montagnes contient des indicateurs significatifs qu’il faut absolument prendre en compte et que la population doit comprendre.
- Intégrer les montagnes dans les différentes décisions liées au changement climatique pour travailler à la réalisation des différents agendas.

Thomas Hofer, Coordinateur Responsable international de Mountain Partnership, et présent au « Second Mountain Day » à Doha, a répondu nos questions sur l’événement :

Quel était l’intérêt de cette rencontre « Second Mountain Day » ?
Les « Second Mountain Day » étaient l’occasion de souligner la croissance économique des montagnes ainsi que l’importance du rôle environnemental qu’elles doivent jouer désormais, face au changement climatique.

Les différentes institutions de la montagne, sont d’accords pour dire que les montagnes sont un des indicateurs pertinents qu’il faut désormais prendre en compte au travers des prochaines décisions des conférences liées au changement climatique.

Quelles sont les solutions proposées?
Différents solutions ou pistes ont pu être mises en perspective. La mise en commun des différentes recherches issues de divers groupes d’étude par exemple, sera une des clés de la réussite des politiques liées au changement climatique dans les montagnes.

Le MRI (Mountain Research Initiative), en Suisse, croise les études relatives au changement climatique dans le monde. Ils travaillent dans une même finalité sur le suivi de l’évolution des glaciers au niveau mondial, comme en Himalaya ou en Amérique du Sud.

L’ICIMOD (International Center for Integrated Mountain Development) a mis en avant le fait que les montagnes réagissaient plus sensiblement que les autres écosystèmes au changement climatique.

Un des aspects importants des prochaines études, concernera la fluctuation des cours d’eau. La FAO (Food and Agriculture Organisation), essaie de promouvoir une approche moderne, dans l’aménagement des bassins versants pour rendre moins vulnérable les populations des montagnes, ceci dans une stratégie d’anticipation et d’adaptation.

Un des autres points forts de ces discussions, était de travailler à la prise de parole des communautés dans les décisions impliquant leur propre environnement.
« Il faut leur donner plus de poids, pour qu’ils puissent s’exprimer dans le développement des politiques de montagne. ». Un des axes de travail sera la communication.

En effet, le but est et sera, de rendre accessible les informations émanant d’études ou autres, à l’ensemble de la population, des ONG, des communautés locales et des gouvernements, et pas seulement aux scientifiques. Cela dans le but de sensibiliser et de faire comprendre l’état actuel des choses, les conséquences et de ce fait les solutions à apporter.

Les décideurs ont-ils entendu que la montagne est devenue une priorité dans l'agenda climatique?
Les décideurs ont pu voir que nombreux pays étaient désormais actifs dans l’étude de leurs montagnes, comme par exemple l’Argentine, ou encore le Népal. Il y a donc un changement des mentalités qui s’opère au niveau de l’approche du changement climatique des montagnes et de leur gestion.

De nouvelles thématiques seront proposées par l’intermédiaire, par exemple, du secrétariat de la FAO (Convention sur la biodiversité des montagnes). Les états doivent aller dans ce sens, et les faire appliquer.

Pour aller plus loin:

http://www.institut-montagne.org/Celebration-de-la-Journee-internationale-de-la-montagne-2012


http://www.mountainpartnership.org/

http://www.iisd.ca/climate/cop18.org

http://www.icimod.org

Remerciements à Thomas Hofer.



Partager

 

logoCtp

 

logoTourbillon2


ue feder.png

logoAndorre

logoAquitaine

logoAragon

logoCatalogne

logoPaysBasque

logoLr

logoMP

logoNavarre