L’Europe connait de fréquentes alertes de tempêtes et des inondations qui mettent en relief la vulnérabilité des territoires à ces catastrophes. Au cours de cet hiver 2014, l’observation des événements météorologiques exceptionnels interpelle. La façade atlantique a été particulièrement touchée depuis fin Décembre 2013, avec plusieurs épisodes en Bretagne et sur la côte basque espagnole.

L’occurrence des phénomènes extrêmes et l’ampleur des dégâts humains, matériels, économiques et environnementaux préoccupent et soulèvent de nombreuses questions, et mettent en relief le besoin de développer des stratégies d’adaptation à ces phénomènes. Les inondations de Juin 2013 dans les Pyrénées, dont la violence, l’étendue et les conséquences économiques (reconstruction, pertes agricoles, tourisme…) en sont un exemple probant.

Cliquez sur les images pour en savoir plus des inondations de Juin 2013.
saintbeat
Saint Béat
(Hautes-Pyrénées)
  lourdes
Lourdes (Hautes-Pyrénées)
  bareges
Barèges (Hautes-Pyrénées)
benasque
Benasque (Huesca)
vielha
Vielha (Lleida)
val daran
Val d’Aran (Lleida)

En effet, déjà, les 18 et 19 Juin 2013, les Pyrénées ont connu des graves inondations causant des dégâts dans les territoires des deux versants. Cette catastrophe est expliquée principalement par deux phénomènes météorologiques concomitants qui ont causé des débits exceptionnels: L’augmentation des températures qui a entraîné, en amont, la fonte des neiges (plus abondantes que d’habitude), associée à d’importantes pluies en aval.

Ce territoire, ayant déjà vécu par le passé des situations identiques, la question qui émerge est liée à la fréquence de ces inondations et le lien exclusif avec le changement climatique. En effet, à l’échelle du Massif, et bien que les effets du changement climatique soient avérés, la communauté scientifique a pu s’interroger sur cette question. La conclusion : D’autres facteurs sont à prendre en compte en plus du changement climatique. Il faut donc analyser aussi certains paramètres comme l’urbanisation ou les pratiques agricoles et leur impact sur les cours d’eau lors de fortes précipitations.

Afin de mieux comprendre ces événements, le laboratoire Géode de l’Université de Toulouse a pour projet de réaliser une nouvelle étude - Cruespyr - pour mettre en perspective historique la crue de Juin 2013 dans une dynamique écologique, sociale, et de reconstruction, sur les bassins versants de la Garonne, la Gave de Pau et leurs affluents. La méthodologie est basée sur des photographies et des témoignages fournis par différents acteurs et les populations locales et la réalisation ultérieure de campagnes photographiques pour le suivi et l’analyse des dégâts et conséquences sur le territoire et la population, et la capacité de reconstruction.

D’autre part, le fait de connaître l’espace de mobilité des cours d’eau est également nécessaire pour comprendre les phénomènes d’inondations, puisque la préservation de ces espaces pour favoriser le fonctionnement naturel du cours d’eau  permet de mieux protéger les enjeux humains proches des zones vulnérables. Lors d’une rencontre organisé par l’ARPE Midi-Pyrénées, Sylvie Jego, Chargée de mission Milieux Aquatiques et Inondations de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, a mis l’accent sur cette approche.

Il apparait donc nécessaire d’engager une adaptation préventive au changement climatique, quelques soient les incertitudes sur la fréquence et l’intensité de ces phénomènes extrêmes pour l’avenir. Pour cela la directive européenne relative à l'évaluation et à la gestion des risques d'inondation incite les Etats membres à développer des Programmes d’Action de Prévention des Inondations sur les territoires à travers une approche globale du risque. En outre, on doit réfléchir à l’implémentation des démarches d’adaptation à échelle des bassins versants, ainsi qu’à la nécessité de la coopération territoriale entre les Etats.


Article par Nicolas Lechat et Laure Rolland (étudiants du Mastère Spécialisé en Gestion du Développement Durable et du Changement Climatique à l’ESC de Toulouse) dans le cadre du Projet Opérationnel Collectif OPCC-POCTEFA – ESC Toulouse.

Remerciements à Jean-Marc Antoine, Directeur-Adjoint du laboratoire Géode de l’Université de Toulouse 2.

Partager

 

logoCtp

 

logoTourbillon2


ue feder.png

logoAndorre

logoAquitaine

logoAragon

logoCatalogne

logoPaysBasque

logoLr

logoMP

logoNavarre