Le dépérissement est un phénomène global touchant certaines forêts de la planète et qui peut provoquer la mort de l'arbre. Il est notamment dû à des facteurs climatiques (augmentation des températures, diminution des précipitations, pluies acides, pollutions atmosphériques, ...) et à des facteurs sanitaires (attaques d'insectes ou de parasites). Les conséquences du changement climatique sont donc à même d'aggraver ce phénomène qui se traduit par la perte du feuillage ou des aiguilles (défoliation), la décoloration du feuillage ou des aiguilles et/ou la mortalité des branches.

arbolIl est toutefois important de distinguer la « maladie » d'un arbre qui a une « cause connue et qui est reproductible expérimentalement » du « dépérissement » qui « correspond à l'idée que l'on se fait d'une détérioration globale de la santé de l'arbre et dont la cause est non identifiée ou non immédiatement identifiable avec certitude » (Delatour, 1990).

Comme partout dans le monde, ce phénomène est également présent dans les Pyrénées.

Le projet CANOPEE offre ainsi l'opportunité d'affiner les connaissances globales sur ce phénomène et de travailler plus concrètement sur ses causes et ses impacts dans notre Massif qui, de part sa situation géographique méridionale et ses influences océaniques et méditerranéenne est aux premières loges du changement climatique en zone de montagne. Dans le cadre de l'OPCC 1, les acteurs forestiers Pyrénéens ont commencé à évaluer l'impact du changement climatique sur les écosystèmes forestiers via le suivi d'indicateurs ; indicateurs que nous continuons à suivre dans l'action « OBSERVER » du projet CANOPEE.

(Photo : Christophe Drenou, exemple du sapin (Abies alba) bloqué dans une situation de dépérissement irréversible)

Indicateur de  vitalité des arbres

Dans la newsletter précédente, nous avions parlé de la phénologie dans l'article « La vie des arbres ». Il s'agit d'un indicateur qui dépend des conditions climatiques, donnant ainsi une image fidèle de l'impact du climat annuel sur l'activité des arbres. Il nous permet, à court terme, de comparer annuellement les différences entre les cycles biologiques du développement des espèces pour mesurer  l'intensité du changement climatique.

Dans l'OPCC 1, le dépérissement a également été étudié avec l'étude des pathologies et des faiblesses des arbres. Cet indicateur de la « santé des forêts » permet de déterminer l'impact sur la vitalité des arbres. Cependant, cet indicateur est multifactoriel puisqu'il ne dépend pas uniquement des conditions climatiques mais aussi d'autres paramètres comme les parasites. Cet indicateur à moyen terme a été étudié à travers le déficit foliaire en mobilisant les données des réseaux européens de suivi des écosystèmes forestiers et les données complémentaires existantes sur les Pyrénées. (Rapport technique Evaluation de l'impact du changement climatique sur l'évolution des écosystèmes forestiers, POCTEFA OPCC 1).

Surestime-t-on le dépérissement?

À l'heure d'étudier le dépérissement, nous serions d'emblée tentés de nous concentrer uniquement sur les symptômes de dégradation en se focalisant sur les branches mortes ou le manque de feuillage, mais cela est-il suffisant pour déclarer la mort certaine d'un arbre? Et s'il y avait quelque chose d'autre au-delà  de cette mort apparente ?

En réalité, les arbres possèdent une capacité de résilience et deux arbres qui présentent le même taux de mortalité de branches ou un déficit foliaire identique n'ont en réalité pas les mêmes chances de survie selon la nature des bourgeons qu'ils contiennent (Christophe Drenou, CANOPEE).

Dans CANOPEE nous voulons aller au-delà des apparences et diagnostiquer, avec une méthode innovante, les dynamiques de résilience des arbres grâce à  la méthode ARCHI.

ARCHI-Intéressant!!

L'institut de développement forestier (IDF) est le service de recherche et développement du Centre National de la Propriété Française. Christophe Drenou travaille depuis de nombreuses années au développement de cette méthodologie et à l'intégration de la notion de réversibilité d'un stade de stress dans l'analyse du dépérissement.

La méthode consiste à analyser l'architecture végétale de l'arbre (analyse morphologique de l'arbre) à travers une série de questions qui nous guident pour détecter les symptômes de dégradation et le processus de restauration du houppier. Les arbres sont ensuite classés dans différentes catégories en fonction de leur  ramification et de la nature de leurs bourgeons. Cela permet ainsi de révéler les processus de stress ou de rétablissement de l'arbre en question. A la fin, l'arbre sera classé dans la catégorie « sain », « stressé », « résilient », « descente de cime » ou « dépérissement irréversible », ce qui permettra de planifier les interventions ultérieures au dépérissement.

Le schéma suivant montre le principe de la méthode ARCHI en suivant les différentes étapes et possibilités par lesquelles l'arbre peut passer (Schéma original : Christophe Drenou)

decaimientoFRLa méthode ARCHI varie en fonction des espèces. Pour l'instant les clés de détermination concernant les chênes (Quercus petraea,robur y pubescens), le châtaigner (Castanea sativa) et le sapin (Abies alba) ont été développées. Dans le cadre de CANOPEE, ARCHI sera développé pour d'autres espèces pyrénéennes représentatives : le hêtre (Fagus sylvatica)  ainsi que divers types de pins (Pinus sylvestris, uncinata y nigra Salzmannii).

Les enjeux d'ARCHI

Les enjeux de cette action du projet CANOPEE sont multiples. D'une part, une application mobile Smartphone sera créée en français et en castillan pour toutes les essences déjà couvertes par ARCHI afin de faciliter le travail des observateurs sur le terrain. D'autre part, le déploiement de la méthode à l'ensemble des territoires partenaires du projet CANOPEE permettra de former les professionnels à la notion de réversibilité d'un stade de stress. Une phase de travail terrain permettra de tester l'application sur des parcelles réparties entre les deux versants.

Nous travaillons actuellement à la création des nouvelles clés et à la traduction des précédentes.

Partager

 

logoCtp

 

logoTourbillon2


ue feder.png

logoAndorre

logoAquitaine

logoAragon

logoCatalogne

logoPaysBasque

logoLr

logoMP

logoNavarre