Actualité

Le Honduras, l'un des pays les plus vulnérables au monde face au changement climatique et qui a participé aux négociations de la COP21, est en train de lancer un Observatoire du Changement Climatique. Idoia Arauzo, responsable de l'OPCC, et Sergio Palacios, Directeur national du changement de climatique du Honduras, se sont réunis au Bourget, à Paris, afin de partager les progrès effectués par ces deux observatoires.

Honduras OPCC COP21Cette rencontre a lieu suite à la réunion tenue au mois de septembre entre la responsable de l'Observatoire, le référent territorial andorran du Comité Technique de l'OPCC, Carles Miquel et le Directeur du Consorcio de la Communauté de Travail des Pyrénées, Jean Louis Valls, avec une délégation du Secrétariat à l'Énergie, aux Ressources naturelles, à l'Environnement et aux Mines (MIAMBIENTE) du Honduras.

Les participants à cette réunion, y ont convenu de maintenir, dès maintenant, un programme de visioconférences afin de définir des domaines de collaboration et de transfert de connaissances.

Au Honduras, pays qui possède une orographie semblable à celle du territoire d'action de l'OPCC – avec un grand massif montagneux –, le ministère de l'environnement est en train de lancer l'Observatorio Nacional de Cambio Climático para el Desarrollo Sostenible (ONCCDS - Observatoire National du Changement Climatique pour le Développement Durable). Pour le pays, il est enrichissant de s'inspirer d'initiatives telles que l'OPCC, possédant plusieurs années d'expérience. De la même manière, il est intéressant pour l'OPCC de créer des liens avec d'autres Observatoires à l'échelle internationale pouvant apporter une valeur ajoutée.

Vous pouvez découvrir ici le travail effectué par l'Observatoire du Changement Climatique du Honduras.
Partager
Dans le cadre de la COP21, Idoia Arauzo, coordinatrice de l'Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique, s'est entretenue avec Patrick Le Vaguerese, président d'honneur de la CIPRA, la Commission internationale pour la Protection des Alpes et promoteur de la Convention Alpine.

stand convention alpineLa CIPRA est une ONG qui rassemble une multitude d'organisations, agit en tant qu'observatrice officielle et accompagne la Convention alpine de manière critique et constructive.

La Convention Alpine fut adoptée en 1991 et constitue le premier instrument juridique définissant l'arc alpin en tant qu'entité géographique unique. Les signataires de cette convention sont l'Union européenne et les pays qui partagent ce territoire montagneux transfrontalier : l'Allemagne, l'Autriche, la France, l'Italie, le Liechtenstein, Monaco et la Slovénie.

Durant la 10ème Conférence alpine tenue au mois de mars 2009 à Évian (France), la Convention alpine a adopté un Plan d'action en matière de changement climatique.

La Convention Alpine partageait avec la Fédération internationale d'escalade et d'alpinisme l'unique stand consacré aux territoires de montagne dans la zone « Espace Générations Climat » de la COP21, au Bourget.

Pour l'OPCC, il est intéressant de partager des expériences avec d'autres plates-formes qui travaillent sur un territoire montagneux et, plus particulièrement, avec les Alpes en raison de sa proximité géographique et culturelle.

Concernant l'OPCC, son entité juridique est la Communauté de Travail des Pyrénées, existant depuis 1983.
Partager

 

logoCtp

 

logoTourbillon2


ue feder.png

logoAndorre

logoAquitaine

logoAragon

logoCatalogne

logoPaysBasque

logoLr

logoMP

logoNavarre