Forêts

Vous êtes ici

La forêt couvre 59 % de la surface de la chaine pyrénéenne et représente à la fois une ressource naturelle renouvelable, des écosystèmes riches en biodiversité, des espaces touristiques et d’accueil du public particulièrement recherchés, une protection contre les phénomènes naturels (avalanches, chutes de blocs, crues, …) et un important réservoir naturel de  CO2. Le relief, les expositions diverses, les influences climatiques atlantiques et méditerranéennes et la diversité des substrats géologiques entraînent des conditions de fertilité très variées (FORESPIR, Livre blanc des forêts pyrénéennes, 2007).

Depuis plusieurs décennies déjà, les forêts de montagne sont soumises à un processus important de changement du fait d’un ensemble de facteurs socio-économiques et environnementaux mais les facteurs climatiques, biologiques et sociaux dans lesquels les forêts auront à se développer restent encore largement incertains.

Au-delà des potentiels impacts des modifications climatiques sur les arbres et les forêts elles-mêmes il est important de tenir compte des conséquences possibles sur les nombreuses fonctions que remplissent les forêts de montagne. En effet, les changements climatiques peuvent entraver de façon importante la multifonctionnalité des forêts pyrénéennes en entraînant des dépérissements dans les forêts de production ou de protection, des destructions d’espèces ou habitats remarquables, une détérioration du cadre paysager forestier…

Les principaux impacts du changement climatique relevés par l’Observatoire Pyrénéen de Changement Climatique sur ce milieu naturel sont les suivants :

Les impacts potentiels du changement climatique sur la diversité des communautés végétales et sur la distribution des espèces forestières.

Les suivis écologiques actuels montrent que les principaux moteurs du changement global (modification du climat et modification de l’usage des sols) ont une forte incidence sur la physionomie et la structure des forêts, ainsi que sur l’évolution de leur limite supérieure.Ils suggèrent également qu’il existe une variabilité importante dans les différents procesus existants et mettent en évidence le fait que les changements climatiques observés ne suivent pas toujours les modèles établis.(Garcia et al 2016). 

L’on constate dans les Pyrénés un important procesus de revégétalisation caractérisé par l’avancée des strates buissonantes puis de la forêt.

Au cours des précédentes décénies, les changements de végétation ont contribué dans certains cas à l’homogénéisation du couvert végétal et dans d’autres cas à son hétérogénéisation.

L’homogénéisation a lieu principalement dans les forêts déjà en place qui, par là même, se densifient en l’absence d’exploitation forestière, alors que les procesus d’hétérogénéisation ont lieu particulièrement sur des terres abandonnées qui présentent des couverts très variés en fonction de la période au cours de laquelle ces terres ont cessé d’être exploitées, de la gestion mise en œuvre et des conditions naturelles (T. Lasanta y S. M. Vicente-Serrano, 2007).

La limite supérieure arborée et l’étage alpin en Europe est en train d’évoluer vers des altitudes plus élevées. Dans le cas des arbres les déplacements vers des altitudes supérieures doivent être analisés avec précaution, puisqu’ils peuvent être liés à l’abandon des pâturages de haute montagne ; l’absence d’activité pastorale permet ainsi la recolonisation de ces espaces laissés libre par la végétation forestière. Cela conduit à restaurer la limite supérieure naturelle arborée avant intervention humaine (jusqu’à 300 m plus haut que le niveau actuel).

Cependant, à altitude moyenne la dynamique au niveau de la limite de la forêt n’est pas aussi rapide et a été caractérisée par une « densification » progressive tout le long du siècle passé, induite par l’abandon des pâturages mais aussi favorisée par le changement climatique (Camarero y Gutiérrez 2004 in Garcia et al 2016)

 

 

Altération de la productivité des forêts

Depuis les années 90, on a observé une augmentation de la productivité de la forêt due en partie à l’évolution de trois facteurs climatiques : l'élévation des températures, l'augmentation de la concentration de dioxyde de carbone dans l'air et les retombées azotées atmosphériques.

Cependant, les facteurs qui ont conduit à augmenter le volume de bois sur pied au cours du siècle dernier sont ceux-là même qui sont le plus enclins à impacter la croissance future des arbres et donc la production de bois.

De loin le plus limitant, le manque d'eau pourrait inverser la tendance et amener la forêt française vers une productivité bien moindre autour de 2050. Ainsi, des chaleurs accrues conjuguées avec des épisodes de secheresse plus sévères et plus fréquents pourraient entrainer une baisse de productivité des forêts en augmentant le stress hydrique des arbres. Les effets se font déjà sentir dans les limites sud des aires de répartition de certaines espèces, où l’on a pu déjà constater des baisses de croissance et des dépérissements, du fait en partie du déficit hydrique et des fortes températures estivales (Jump et al., 2006). Ces bouleversements des écosystèmes peuvent impacter négativement les multiples services écosystemiques que les forêts fournissent à la societé (protection contre les risques naturels, réceptacle pour la biodiversité animale et végétale, régulation de la quantité et dela qualité des ressources hydriques et captage et stockage du CO2 atmospherique.

La gestion est le principal levier d’adaptation de la forêt au changement climatique : en agissant sur la composition, la strucutre, la densité, … des peuplements forestiers, le gestionnaire sera en mesure d’accompagner les forêts dans ces mutations futures en limitant par exemple la compétition entre les arbres (pour la ressource hydrique ou les nutriments du sol, …) ou en augmentant la capacité de résilience d’un peuplement.

 

 

 

Impact sur le rôle des forêts dans l'atténuation des risques naturels

Sur les espaces montagnards, la probabilité qu’un phénomène naturel se produise (influencé par la météorologie spécifique à ce milieu) y est plus importante que sur n'importe quel autre milieu naturel. Les phénomènes naturels propres aux zones de montagne se déclenchent sous l'effet d'évènements climatiques extrèmes (précipitations de pluie ou de neige particulièrement intenses, cycles de gel/dégel rapides, fortes chaleurs, etc.) et prennent naissance sur des versants qui dominent des enjeux socio-économiques (habitats, infrastructures, voies de communication…).

La forêt pyrénéenne, omniprésente de 600 à 2000 mètres d’altitude, joue donc un rôle important de protection contre les phénomènes naturels que l’on retrouve sur le Massif (avalanches de neige, crues torrentielles, laves torrentielles, chutes de blocs et glissements de terrain). 

La forêt est en mesure de limiter les déclenchements (fixation des sols par le système racinaire, fixation du manteau neigeux en zone de départ d’avalanche, limitation des ruissellements de surface, …) et/ou d’en réduire les impacts (freinage, canalisation ou arrêt de blocs rocheux en pente moyenne…). L’impact du changement climatique sur le rôle de protection des forêts nécessite donc d’intégrer deux approches : la dynamique naturelle des milieux forestiers et les risques biotiques et abiotiques pouvant affecter les milieux forestiers.

En effet, toutes les formations végétales et toutes les essences forestières ne « protègent » pas de la même façon contre les risques naturels. Le changement climatique peut ainsi influer sur la façon dont la couverture végétale va évoluer, mais peut également entraîner toute une série de facteurs ne dépendant pas de la dynamique naturelle de la végétation, conduisant à une altération du rôle de protection des forêts.

Ainsi, la façon dont ces versants sont gérés, et en particulier la végétation qui s’y trouve, peut influencer la capacité des forêts à maîtriser un aléa. L’échelle temporelle que suppose la gestion des milieux forestiers nécessite donc que les gestionnaires soient particulièrement vigilants et puissent disposer, dans un contexte où la demande socale vis-à-vis de la forêt de protection ne cesse de croître, d’outils optimaux de diagnostic, de gestion et de porté à connaissance. 

 

 

 

Altération des conditions de santé des forêts et possible déséquilibre avec les communautées d’agents pathogènes

Au debut des années 80, différents phénomènes biotiques (attaques d’agents pathogènes…) ou abiotiques (notamment climatiques…) ont conduit à une déterioration progressive de l’état de santé des forêts en Europe. Ces phénomènes ont suscité une préocupation générale de la société et ont ainsi amené les forestiers à proposer des méthodes de suivi des écosystèmes forestiers. Ces suivis (intégrés dans un réseau européen structuré) permettent, chaque année, de faire le bilan de l’état sanitaire des arbres sur placettes fixes et de mettre en évidences des tendances régionalisées ou par essence.

Sur l’ensemble du Massif pyrénéen, ce sont 168 placettes du réseau européen dont les données sont mobilisables (Rouyer et al, 2014) sur lesquels on étudie le deficit foliaire, la décoloration foliaire, la mortalité des branches, et la mortalité des arbres. 

Le paramètre le plus à même de servir d’indicateur vis-à-vis des changements climatiques est le déficit foliaire, c'est-à-dire une estimation de la perte en feuillage des arbres (quelques soient les aléas pouvant affecter les arbres). En outre, ce paramètre dispose d’un historique de données assez important (1997).

Les tendances montrent que plusieurs signes de dégradation commencent à être perceptibles : déficit foliaire et mortalité de branches dans la partie supérieure des houppiers (Goudet, 2015).

Ainsi, le deficit foliaire tend à augmenter notamment en zone méditérranéenne (Maaf e IGN, 2016) mais également en zone méditérranéo-pyrénéenne (Rouyer et al., 2014 et Goudet, 2015).

Les principaux facteurs explicatifs qui ressortent sont les variables d’alimentations en eau de l’année en cours mais également des deux années précédentes : précipitation et différence entre précipitation et évapotranspiration (Ferretti et al. 2014 dans Maaf-IGN, 2016). Ce qui confirme le rôle prépondérant du changement climatique et son impact supposé sur les écosystèmes forestiers à long terme si le régime des précipitations et des températures tend à changer.

Au-delà de la dégradation sanitaire des arbres, une amplification des tendances identifiées fait craindre des mortalités importantes au sein de certaines essences moins adaptées à moyen et long termes et en conséquence des modifications des cortèges floristiques des écosystèmes avec « migration » des aires de distribution plus au Nord ou en altitude (Bertrand et al. 2011).

Il faut néanmoins compter avec la variabilité génétique des arbres qui est un atout important vis-à-vis du changement climatique. Enfin, l’action anthropique peut aider à anticiper les bouleversements attendus en adaptant d’ors et déjà la sylviculture et le choix des essences pour les interventions forestières des années à venir.

 

 

 

Modification du régime des incendies forestiers

Pour qu’un incendie se déclare et se propage, deux facteurs sont nécessaires : une source d’ignition et du combustible (ce dernier devant présenter un certain volume, un certain niveau de continuité et une certaine teneur en eau).

Compte tenu des conditions climatiques propres aux milieux montagneux et à l’humidité des combustibles liée à ces conditions, les Pyrénées ne sont historiquement pas touchées par de grands incendies. Toutefois, l’augmentation des températures, l’accroissement du volume de combustible (conquête de la forêt sur les zones ouvertes) et l’augmentation de la fréquentation humaine dans les milieux forestiers peuvent modifier cet état de fait. 

Actuellement, dans les Pyrénées, la grande majorité des incendies de forêt ont lieu en période hivernale (à la faveur d’un assèchement de la végétation provoqué par le froid hivernal). Le risque estival d’incendie de forêt concerne princalement la frange Est du Massif. Cette période est également celle durant laquelle l’on va procéder à des opération de gestion des pâturages et particulièrement les écobuages (González-Olabarria et al., 2015).

Ainsi, une « continentalisation » du climat du Massif (voire une « méditerranéisation » de certains secteurs), conjuguée à une diminution de la couverture de neige et à une augmentation de la disponibilité et de la continuité en combustible (du fait principalement de la diminution de l’activité pastorale) est de nature à augmenter le risque d’occurrence et de propagation de grands incendies, qu’ils soient hivernaux ou estivaux selon les secteurs.

La gestion des milieux (forestiers et agro-pastoraux), la surveillance, la prévision du risque adaptée au contexte Pyrénéen et le renforcement d’une culture du risque par l’ensemble des acteurs des pyrénées sont des éléments essentiels pour éviter la survenance et la propagation de possibles futurs grands incendies de forêts, tout en s’assurant d’en limiter les impacts sur les milieux et les enjeux socio-économiques de nos territoires.

 

 

 

Conclusions

La forêt du Massif a un lien étroit avec l’évolution de la société rurale pyrénéenne et de nombreux enjeux socio-économiques sont ainsi directement liés à l’évolution des milieux naturels et des facteurs qui les conditionnent. Le changement climatique, en modifiant les températures, les régimes des précipitations et nombreux autre facteurs abiotiques, impacte l’évolution de ces milieux et en particulier les écosystèmes forestiers.

Structure, composition, santé, aire de répartition géographique, vulnérabilité à des phénomènes extérieurs (pathogènes, phénomènes climatiques, …),… sont autant d’effets (positifs ou négatifs) qu’il convient d’anticiper car ils conditionneront l’évolution du couvert végétale Pyrénéen et pourront induire une modification importante de toutes les composantes de la multifonctionnalité de notre forêt de montagne. 

La forêt et sa gestion se conçoit à long terme. Les décisions prises aujourd’hui conditionneront nos forêts de demain. Afin d’augmenter la résilience des forêts Pyrénéennes face aux effets négatifs du changement climatique, il convient donc :

  • D’améliorer les connaissances à l’échelle Pyrénéenne des effets et impacts du changement climatique sur les forêts (en particulier les plus vulnérables à court et moyen terme) et les processus d’adaptation (naturels ou anthropiques),
  • Maintenir et développer les activités agricoles, pastorales et sylvicoles sur les zones de montagne, activités garantes d’une gestion durable des milieux aux effets multiples : diminution du volume et de la continuité des combustibles, mosaïque d’habitats plus résilients, limitation des risques et accroissement de la résilience des forêts en cas d’accidents sanitaires ou climatiques 
  • Favoriser le porter à connaissance des avancées techniques et scientifiques à destination des publics non spécialistes. 

Les acteurs Pyrénéens, au premier rang desquels les propriétaires, les scientifiques, les gestionnaires et les pouvoirs publics, doivent donc œuvrer dès aujourd’hui pour que la forêt puisse évoluer dans les meilleures conditions possibles et ainsi s’adapter aux changements.  

Géoportal

 

 

 

 

Accès

Comité Technique et Comité exécutif

Govern d'Andorra Région Nouvelle-Aquitaine Gobierno de Aragón Generalitat de Catalunya Eusko Jaurlaritza | Gobierno Vasco Occitanie Nafarroako Gobernua | Gobierno de Navarra


Comité de pilotage et partenaires du projet OPCC2

FORESPIR CTP Universidad Zaragoza IPE - CSIC Conservatorie Botanique National EEAD - CSIC brgm


Cofinanceurs du projet OPCC2

Occitanie alima'agri POCTEFA Fundación Biodiversidad PIMA adapta

OBSERVATOIRE PYRÉNÉEN DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Avenida Nuestra Señora de la Victoria, 8
22.700 - Jaca
Huesca - España

+34 974 36 31 00
info_opcc@ctp.org

Contactar