Noticias


La presencia de nieve en los Pirineos es esencial tanto para la actividad turística como para el control hidrológico, o el funcionamiento de los diferentes ecosistemas. Después de un año 2017 con una presencia de nieve bastante modesta, invierno de 2018 ya aparece como un año extraordinario para la nieve.
Desde mediados de diciembre, las nevadas han sido constantes en las laderas norte y sur de los Pirineos. El espesor de nieve ha superado los promedios estacionales en todas las cadenas montañosas desde principios de febrero, y se ha vuelto incluso excedentario después de las nevadas de mediados de marzo.
A partir del 1 de abril, varios indicadores desarrollados en el marco del OPCC2 permiten calificar esta situación:
- La cobertura espacial de nieve analizada a partir de los datos del satélite MODIS ha estado cerca de los récords obtenidos el año 2000, tanto para las vertientes francesas como españolas (Figura 1).


climpy 1
Figura 1: Evolución de la capa de nieve en el Pirineo francés (izquierda) y español (derecha) a partir del satélite MODIS : 2018 en rojo, 2017 en azul, otros años desde 2000 en gris (fuente CESBIO).

- El equivalente de agua del manto de nieve simulado en el Pirineo francés (Figura 2) es casi el doble del promedio entre 1981-2010, y se sitúa aproximadamente en un 10º puesto desde 1959 (aunque lejos de 2013, el año récord).


climpy 2
Figura 2: Evolución del equivalente en agua del manto nivoso simulado el 1 de abril en el Pirineo francés desde 1959 (fuente Météo-France).

-La reserva de nieve para el llenado de los embalses es el doble de la media de los últimos cinco años en la cuenca del Ebro (Figura 3).



climpy 3


Figura 3: Evolución del equivalente en agua el 1 de abril de 2018 sobre la cuenca del Ebro en España : 2018 en rojo, 2017 en azul, media de los cinco últimos anos en gris (Fuente Confederación Hidrológica del Ebro).

Este diagnóstico se basa en el trabajo continuo dentro del contexto de varios proyectos que contribuyen al desarrollo del OPCC2, y en particular, a los proyectos ClimPy y Piragua. Todos estos proyectos son cofinanciados hasta en un 65% por el Fondo Europeo de Desarrollo Regional (FEDER) a través de Poctefa 2014-2020.


parrilla climpy buena
Partager
There are no translations available.

Au sein du projet POCTEFA FLORAPYR, l'Université de Barcelone a coordonné l'installation de dispositifs de chauffage passif appelés Open Top Chambers (OTC) pendant l'été 2017. Ces dispositifs provoquent une légère augmentation de la température qui permet faire des prédictions des conséquences à court et à moyen terme d'un réchauffement climatique sur la végétation étudiée, dans le contexte du changement climatique actuel. Les OTC augmentent légèrement la température de la surface du sol et de la végétation y poussant dessus, sans modifier d'autres variables atmosphériques. Dans des expériences précédentes centrées en végétation de landes de haute montagne dans les Pyrénées catalanes, la moyenne estivale de l'augmentation de température était d'entre 1,1 ºC et 2,1 ºC. Ces OTC suivent les spécifications recommandées dans les expériences des International Tundra Experiments (ITEX), en cours pendant plus de 20 ans dans différents habitats arctiques et alpins : elles ont la forme d'un tronc pyramidal à base hexagonale, et sont conçues pour résister à différentes facteurs météorologiques comme des bourrasques et des chutes de neige.
Selon les prévisions actuelles de changement climatique, les espèces des combes à neige sont celles plus directement menacées. Leur habitat se trouve dans des endroits longuement enneigés de haute montagne, où les espèces des prairies voisines ne sont pas suffisamment compétitives du fait de la brièveté de la période végétative ; Une réduction des précipitations et de la durée d'enneigement permettrait la colonisation de ces habitats par des espèces des pâturages, ou d'écologie plus large. Avec l'installation des OTC on souhaite simuler le réchauffement prévu par les scénarios de changement climatique afin de prédire comment la végétation des combes à neige, et en particulier l'arbrisseau nain Salix herbacea, va répondre à l'augmentation réelle des températures. Avec cet objectif, on a caractérisé la végétation existante dans chaque OTC ainsi que dans le même nombre de parcelles témoins (parcelles où le réchauffement n'est pas appliqué), dans chaque site d'étude. Aussi, pendant l'été 2018, des échantillons de sol et de matériel végétal de Salix herbacea seront obtenus pour élaborer une caractérisation écologique et fonctionnelle au moment initial de l'expérience. Dans quelques années, cinq ans peut-être, des échantillons seront prélevés à nouveau, cette fois à l'intérieur et à l'extérieur des OTC, afin d'évaluer les différences éventuelles entre le réchauffement expérimental et celui dû à un changement climatique réel.

top 1
Figure 1. Une Open Top Chamber installée dans la combe à neige de Ratera.

top 2.jpg
Figure 2. Localisation des sites de suivi du projet FLORAPYR (point bleu) et des sites de simulation du changement climatique (cercle rouge).
top 3
Figure 3. Évolution entre les années 2013 et 2017 des températures à la surface du sol d'une localité de combe à neige avec Salix herbacea.
Partager

 

logoCtp

 

logoTourbillon2


ue feder.png

logoAndorre

logoAquitaine

logoAragon

logoCatalogne

logoPaysBasque

logoLr

logoMP

logoNavarre